SOMMAIRE
La parabole de l'horloge

Éditorial


Méditation

Le monde est ma paroisse

Femmes 2000

La parabole du grimpeur

Réflexion

Page des jeunes

Les échos de la famille IMMER
Nouvelles de Mont-de-Marsan


Agenda


AUTRES LIENS




retour à la page d'accueil

CONTACT e-mail

e mail

JUILLET & AOÛT 2001

REFLEXION

Réflexion de Robert Seitz
Réaction d'Etienne Rudolph

Mon Dieu n'est plus assis sur un trône
Réflexions autour d'une manière dépassée de parler de Dieu

Je crois en un Dieu qui n'est plus assis sur un trône. Il serait bien seul là-haut. Il serait trop éloigné de moi et un Dieu bien trop banal ­ et que signifie: "assis sur un trône" ? Ce sont les puissants, les rois et les grands de ce monde qui ont agi ainsi: ils ont régné sur les hommes des siècles durant au lieu de souffrir et de rire avec eux. Et ces pauvres hommes devaient s'agenouiller devant eux, courber la tête et les adorer. Ils considéraient ces "seigneurs sur le trône" comme des demi-dieux, ils les adoraient comme des dieux. Et si ces derniers ne recevaient pas suffisamment de considération, les conséquences pouvaient être terribles. Ces dieux et demi-dieux vivaient de l'adoration de leurs sujets, ils en avaient besoin, ils en dépendaient. Ils exigeaient d'être nommés par des titres comme "tout-puissant", "souverain", "seigneur". Et comme "seigneurs", ils régnaient souverainement. C'étaient des dieux qui se prélassaient dans l'adoration de leurs créatures.
Toi, mon Dieu, je n'ai pas besoin de t'adorer ainsi. D'ailleurs je ne suis même pas certain que tu veuilles être adoré ainsi. Ce que j'ai de plus cher sur cette terre, mon épouse, celle avec qui je partage toute ma vie, je ne l'adore pas de cette manière. Je ne lui dis pas: "Ma femme je te loue, je t'adore, tu es extraordinaire, la plus belle des plus belles." Si je m'exprimais ainsi, elle ne saurait que faire de telles paroles. Elle me répondrait probablement: "Arrête de baratiner ainsi. Aide-moi plutôt à réparer le robinet ou embrasse-moi!"
Ce qu'il y a de plus cher et de plus beau ne peut être adoré ainsi. Mon épouse, je la serre dans mes bras, elle attend d'être embrassée par son bien-aimé. Un puissant sur son trône ne saurait se laisser prendre dans les bras! Avec l'affirmation: "Je t'adore et te loue, toi qui es magnifique sur ton trône", mon coeur ne peut se réchauffer (c'est d'ailleurs le problème que j'ai avec une partie de la littérature consacrée à la louange). Je préfère dire: "Dieu, ton humanité affecte tous mes sens et me touche profondément." Mon Dieu est un "Dieu de l'enlacement", capable de mille amabilités, un Dieu qui s'agenouille et se tient près de moi dans le fossé misérable de ce monde. Je lui dis: "Aujourd'hui-même, mon Dieu, serre-moi dans tes bras tout comme moi je veux te serrer dans les miens". Je ne le loue ni ne l'exalte dans le ciel, mais le "tire" en bas sur ma terre et je puis le faire, parce qu'il est là depuis longtemps dans le mystère du Christ. "Toi, mon Dieu, après tous les dieux triomphateurs et vengeurs, tu es enfin un Dieu qui ne triomphe pas. Dieu merci, tu n'es pas non plus le Dieu des podiums et des drapeaux Comme si ta manière de célébrer la victoire devait ressembler à celle des humains Tu n'es pas le dieu d'Harmaguédon, parce que par amour pour nous tous, maintenant déjà tu trembles à la pensée de tous les massacres humains."
Dieu dit: "Je ne suis comparable à aucun des souverains de ce monde. D'ailleurs, je ne suis même pas souverain. Ce mot n'est-il pas terrible dans votre bouche? Et si déjà vous me nommez "souverain" (c'est ainsi que vous m'appelez souvent), pour moi, il s'agit exactement du contraire de ce que vous les humains mettez derrière le terme "souverain". Et parce que je ne suis pas un souverain à votre idée, vous ne devez pas non plus dominer les uns sur les autres. Mon monde à venir n'a rien à voir avec cette manière humaine de comprendre la "souveraineté".
Depuis le troisième Reich, la représentation d'un "Dieu qui règne" a définitivement été abolie. Depuis que le "Tout-puissant", comme on aimait alors nommer Dieu, a été associé aux victoires de la croix gammée, il est devenu impensable de parler ainsi de Dieu. Cette image de Dieu est à rejeter et à bannir à jamais. Oui, la question est posée: "Face aux horreurs du troisième Reich, qui, aussi longtemps que la terre subsistera, nous rendront muets, comment pouvons-nous encore parler de Dieu d'une manière plausible?" La toute-puissance de Dieu est totalement différente de nos rêves d'omnipotence. Dietrich BONHOEFFER, dans son livre "Résistance et soumission", a attiré notre attention là-dessus: "Seul le Dieu qui souffre peut nous aider".
"Mon Dieu, délivre-nous de la façon de te voir avec de telles images du passé, images qui représentent nos propres horreurs. Délivre-nous de la louange et de l'adoration qui te sont apportées aux moyens de telles représentations.
Et lorsqu'ils disent: "Mais c'est ainsi que c'est écrit dans le Livre des livres", s'ils te figent ainsi, sans amour et avec si peu de foi dans ta Parole, alors enseigne-leur à découvrir que le meilleur de tous les livres est empreint de la couleur des temps et des siècles. Et surtout, enseigne-leur à le lire avec les yeux de ton amour.
"
Dieu, non pas souverain, mais source de la vie ;
Dieu, non pas seigneur, mais ami et amie;
Dieu, non pas tout-puissant, mais puissant en amour;
Dieu, non pas image de rêve d'hommes forts, mais véritable visage humaiN;
Dieu, non pas victorieux agitant les drapeaux, mais compagnon dans la nuit et sauveur des coeurs.

Robert SEITZ (traduction : Daniel Nussbaumer et René Lamey)

Courrier des lecteurs

Réaction
La lettre précédente a été diffusée sur Internet, dans les EEMNI du 1/6/2001. Elle a suscité la réaction suivante, qui nous est parvenue avant l'impression

Les propos de Robert SEITZ m'ont surpris. Personnellement, je crois en un Dieu souverain et roi de toute la création. Pourquoi? Parce qu'il n'est pas un roi comme les autres. La figure royale de l'AT est claire: il s'agit d'un roi qui protège tout particulièrement les plus faibles: veuves, orphelins et étrangers. Ce qui signifie qu'il nous appartiendrait de le contextualiser aujourd'hui. Qui seraient ces plus faibles? Marginaux de tout genre: marginalisés par la maladie (sida, cancer...); marginalisés par les conséquences du néolibéralisme (chômeurs, pauvreté endémique et structurelle, rupture Nord-Sud, différence grandissante entre riches et pauvre...); marginalisés par une société machiste (au sens d'une domination des hommes sur les femmes, différence salariale notoire, différenciation politique, non accès à l'éducation, à la santé, etc.); marginalisés par le racisme...
Ce Dieu-là est le protecteur des marginaux parce qu'il est justement roi et souverain.
Le NT n'est pas en reste: Christ-Roi n'est pas une figure royaliste dépassée datant d'une autre époque, au contraire, le Roi Christ a ouvert le chemin du Règne de Dieu (l'emploi du mot règne semble théologiquement plus juste que le Royaume de Dieu). Ce règne vient, il a déjà commencé et l'Église en est le témoin visible, plus, elle en est l'actrice proclamant et agissant pour la justice de Dieu. Le NT est plein de références à l'action que les chrétiens, en tant qu'Église, sont invités à accomplir. Un texte important parmi d'autres: le sermon sur la montagne avec son introduction par ce qu'on appelle les Béatitudes. Actuellement, il me semble que seul CHOURAQUI a été capable de retraduire le plus fidèlement possible le sens de ces paroles quand il écrit: "En marche les pauvres... En marche, ceux qui pleurent... En marche ceux qui ont faim et soif de justice... etc."
Toute la Bible nous invite à rendre gloire au Dieu-Roi parce que non seulement il est roi de toute la création mais en Jésus-Christ, il règne dans la vie des millions de chrétiens qui forment l'Église. Je ne crois pas qu'il s'agisse d'une théologie triomphaliste parce que, comme l'a dit Jésus lui-même, "mon règne n'est pas de ce monde." Au contraire, il s'agit bien plus d'une théologie de la croix...
L'idée de roi paraît vieille, mais la démocratie, même si elle est une belle théorie (voir Platon) reste une belle idée qui a du mal à supprimer les injustices... (ceci dit je ne suis pas royaliste terrestre)
Le trône de Dieu est totalement différent des trônes humains. Il est particulièrement et surtout dans le coeur de chaque croyant. Non, Dieu n'est pas trop éloigné de moi quand il est sur son trône.
Quant à l'exemple cité du 3e Reich, je ne le crois pas valide. Bien avant ce terrible moment innommable qu'a été ce pouvoir, d'autres périodes historiques devraient nous inspirer l'horreur et donc nous inciter à changer notre théologie comme n'importe quelle guerre de religions, l'Inquisition, et déjà du temps biblique les différents empires... Or, si à chaque "problème" politique dans l'Histoire il fallait changer de théologie, nous n'irions pas loin...
L'une ou l'autre expressions ou paroles sont douteuses également comme "Je ne le loue ni ne l'exalte dans le ciel, mais le "tire" en bas sur ma terre...", bien qu'il ait écrit qu'il est présent sur la terre dans le mystère du Christ, pas besoin de le "tirer" vers moi, il y est déjà, avant même que je puisse le comprendre...
Je comprends une partie du bien-fondé de cet essai de changer la louange en quelque chose de plus proche des gens d'aujourd'hui, particulièrement dans certains de nos bons vieux cantiques qui contenaient des paroles parfois sanguinolentes ou très guerrières, je crois d'ailleurs surtout qu'ils reflétaient une époque. Ceci est une chose, mais il faut se garder de vouloir changer le "bébé avec l'eau du bain." Aujourd'hui, on n'aime plus parler de péché, de perdition, d'obéissance, de soumission, de rédemption, de salut... On préfère trop souvent présenter un Dieu d'amour, parler de Jésus-Christ comme d'un ami... Si cela n'est pas faux, cela reste incomplet si l'on s'en tient là. De même que quand certains cercles évangéliques ne parlent plus que de péché et de perdition.
L'Évangile du Règne de Dieu reste le même. Il s'agirait davantage de rénover notre enseignement et de travailler à l'éducation des chrétiens. Le Seigneur est et reste souverain au-delà de la bêtise et de la méchanceté humaines. Par la foi, je peux saisir la victoire que Christ a déjà remportée à la croix et que nous avons remportée avec lui. En tant que chrétiens et pasteurs, il nous appartient de présenter tout l'Évangile, c'est-à-dire appeler à la repentance, appeler à reconnaître en Christ son Seigneur et Sauveur, appeler à suivre Christ sur son chemin en portant chacun sa croix, appeler à vivre en cohérence entre le dire et le faire comme la foi nous y invite...
Influence de la théologie sud-américaine ? Cela reste à analyser... je n'y crois pas trop, je crois davantage à une influence d'un Dieu de la Bible que s'est révélé aux hommes en Jésus-Christ. Ceux-ci sont invités à le reconnaître et à le servir (= premier sens d'adorer, et non l'adoration au sens restrictif de se prosterner), de tout leur coeur, de toute leur âme et toutes leurs forces. Je crois que le fonctionnement même du Règne de Dieu se trouve dans le service (voir Marc 10.42-45).
Je connais Robert SEITZ, je l'apprécie et respecte sa volonté de vouloir aider les chrétiens à réfléchir quant à leurs manières de louer Dieu... Le débat est peut-être ouvert... Il nous reste à l'enrichir.

Etienne RUDOLPH


© Tous droits de reproduction réservés. Détail des conditions de reprise des articles

Toute remarque et tout courrier à propos du Messager Chrétien

© Copyright 2001 - Union de l'Eglise Evangélique Méthodiste -